Enquêtes Théologie

Le pèlerinage (Hajj) : Politique et conséquences

Théologie

Écrit par Maamar Metmati

Le pèlerinage. Un sujet très important que nous avions déjà mis en exergue dans des vidéos qui datent depuis plusieurs années. Dans cet article, nous allons mettre en évidence toute l'ampleur politique que prend le pèlerinage, et surtout, les conséquences extrêmement graves qu'ont eut, entre autres, les fatwas ou avis de savants, sur les musulmans. Plus particulièrement, ces dernières années.

Comme nous le savons, les musulmans font le pèlerinage une fois par an durant le 12eme mois Lunaire et plus précisément, durant les 10 premiers jours du 12eme mois lunaire.

C’est durant cette période et cette seule période durant lesquelles les musulmans font le pèlerinage (al hajj). En dehors de cette période, ils peuvent faire la omrah me semble-il quand ils veulent. Il y a un seul et unique moment qui est réservé pour le pèlerinage C’est durant les 10 premiers jours du 12ème mois lunaire.

La question est la suivante : Pourquoi ces dix jours n’ont pas été choisi par hasard ?

Ces dix jours ont été choisis par rapport à un certains nombres de ahadiths qui nous indiquent que tel jour, il y a un rite. Celui, par exemple du sacrifice de Ibrahim as. Tel jour, il y a telle chose à faire.

Et ce, jusqu’au Mont ‘Arafat et conformément à la sunnah le prophète mohammad saw si ma mémoire est bonne n’a fait Qu’uneseul fois le pèlerinage al hajj al wada’ (pèlerinage d’Adieu) et donc il l’aréalisé durant cette période, afin de commémorer les différents rites qui remonte de toute évidence à Ibrahim as. Il y a des dates anniversaires par rapport à ses rites, et donc on ne peut pas faire ses rites en dehors de ses autres mois.

Et ceci est tout simplement impossible.

 

Question : Pourquoi cela est impossible ?

Il y avait une interrogation qui me semble tout à fait légitime et en tout cas, il fallait s’y pencher pour voir si elle avait une réalité, à savoir si ce sont les autorités saoudiennes qui pour x ou y raisons interdisaient l’accès pour le pèlerinage. Et ce n’est pas le cas.

Ça a été ainsi institué - même-ci le terme est quelque peu excessif -, parce que c’est ainsi que le Prophète Mohammad ('alayhi salat wa salam) l'a fait .Lorsqu’on te dit de faire telle chose ou de faire la station de ‘arafat, c’est le 7, le 8 et le 9ème jour de ce mois précis.

Ce 12ème mois (Dhoul-hijja), ses 10 premiers jours. Et dans ces jours-là, tu as des dates anniversaires. Ces dates anniversaires sont vraisemblablement et scrupuleusement respectées. On est face à des dates anniversaires. Donc, conformément à la sunnah, pour bien respecter le pèlerinage, ils le font durant cette période. Et C’est la seule raison en fait. Ce n’est pas la raison d’une autorité ou d’une envie ou d'autres choses.

Question : Et si nous voulions faire le pèlerinage en dehors de ces dates-là, est-ce recevable ?

Non, tu ne peux pas !

Il n’y a pas de pèlerinage, dans toutes autres période que celle qu'ils font. D’ailleurs, tu peux vérifier par toi-même, que lorsqu’ils vont au pèlerinage, ils y vont toujours durant cette période de l’année. Il n’y a ni avant ni après. C’est toujours durant cette période, conformément encore une fois aux dates anniversaires qu’on retient lorsqu’on se penche sur la question du pèlerinage. Notamment et surtout le stationnement - ‘Arafat- qui se déroule à telle période. Tu ne peux pas faire avant, sinon, tu ne respectes pas les dates anniversaires.

C’est un peu comme faire ‘achoura. Tu ne peux pas faire avant ou après. Ou encore le ramadan, tu ne peux pas le faire avant, en dehors ou après le Ramadan. Avec tout ce qui est en rapport avec les commémorations, on retient finalement les dates anniversaires, et cela, ni avant ni après. Après, c’est trop tard, tu ne peux pas.

 

Question : Quelle est la position, finalement du coran et de la sunnah ? Quelle est la règle ?

La règle est très simple. Lorsqu’on prend sourate al Baqarah au verset 197, Allah ‘azzawajel dit :

« le pèlerinage a lieu en des mois connus »

Ainsi, on rencontre évidement un problème très sérieux, puisque Allah, dans Son Livre, dans Sa Parole, nous indique que le pèlerinage a lieu en des mois connus.

Par conséquent, quand Allah dit :

« des mois »
ce n’est pas « un mois », et moins encore 10 jours, ce sont des mois !

Donc, il y a un problème évident. Pourquoi dans le coran, Allah azzawajel nous dit encore une fois :

« le pèlerinage a lieu en des mois connus » ?
Comment se fait-il qu’on l’ait réduit finalement à une dizaine de jours tout au plus ?

 

Question : Cela pourrait-être de la rhétorique coranique ? comment cela a été compris par nos prédécesseurs ?

Tous les tafasirs, je n’ai pas la prétention de les avoir tous lus, en tout cas tous les tafasir lesquels j’ai consultés, dans les différentes sources de ahadiths, bukhari et ailleurs, il n’y a pas de divergences sur ce point. C’est-à-dire que les savants divergent uniquement sur... 

Pour commencer, il faut savoir au niveau de la grammaire de la langue arabe nous sommes dans le pluriel :

« des mois connus »

C’est un pluriel. Et le pluriel, dans la langue arabe, c’est au-delà de (2). Le singulier est de (1). Si c'est de (2), c'est le duel. Donc quand c’est au-delà de (2), c’est forcément un pluriel.

Ici nous sommes face à une prononciation, à un verset coranique qui nous indique qu’on est face au pluriel et c’est ce pourquoi, les savants divergent entre 2 mois et demi, et 3 mois

Certains disent 2 mois et d’autre disent, 3 mois. C’est la seule divergence dont j’ai connaissance sur cette question-là. 2 mois et demi ou 3 mois. Par exemple, si tu prends le sahih de Boukhari, on lit, je cite :

Interrogé sur la lune qui dit qu’elle sert aux gens pour compter le temps ainsi que le Hajj, ‘Abdallah Ibn 'Omar radhi Allah ‘anhou, nous dit : "Les mois sacrés de al hajj sont : chawwal, dhu-l qi’da et ou les 10 derniers jours de dhu’l hijja"

Pour ne citer que ce texte-là. Donc ici, il est très clairement fait mention de chawwal, dhu’l qi’da et de Dhul’hijja et donc par exemple, pour ibn Omar c’est 2 mois et demi et pas 3 mois révolu. Mais dans tous les tafasirs que j’ai lu et dans tous les ahadhits que j’ai lu également c’est 2 mois et demi ou 3 mois.

 

Question : Est-ce qu’il y a une période précise mentionné dans le Coran pour l’accomplissement du Hajj ?

Non, si ma mémoire est bonne, Allah évoque uniquement des rites. Il évoque des mois qu’on vient de voir à la sourate al Baqarah verset 197, c’est tout.

 

Question : Comment les organisateurs pour le pèlerinage, le comprennent-ils. Quel regard ont-ils sur la question ?

Les organisateurs du pèlerinage, sont eux des organisateurs simplement. Ce ne sont pas des érudits ou encore des théologiens. Donc eux, ils se contentent de ramasser l’argent, d'organiser les réservations, les ramener faire un petit tour et revenir (ironie). Leurs travails en général se borne à cela.

 

Question : Qui a décrété les 10 jours pour pouvoir accomplir le pèlerinage ?

Qui a décrété les 10 jours ? ce n’est pas le fruit du hasard. Les dernières informations qui nous indiquent qu’ils ont décrété ça par rapport au fait qu’ils ont donné la préférence, vraisemblablement aux dates anniversaires, ce sont les dates anniversaires qui ont dominées le reste. Alors qu’évidement, lorsque nous savons que tous les rites du pèlerinage remonte à Ibrahim As le Prophète ('alayhi salat wa salam) n’a pas inventé de rites : le sacrifice, ‘Arafat, Saffat-Marwat etc. Cela remonte en effet, à Ibrahim as, et donc pour Ibrahim as, nous n’avons pas de dates anniversaires.

Et ici, ils s’arrêtent sur les dates anniversaires. Donc, ils ont pris ceci, et ils ont dégagé le Coran et les ahadiths.

 

Question : Donc, de ses dates anniversaires, peut-on considérer que c’est une Sunnah Mouwakadat?

Une Sunna Mouwakadat n’existe pas quand le coran parle, quand il fait autorité.

 

Question : Et si le Prophète ('alayhi salat wa salam) l’a fait durant ces périodes-là, ne devrait-on pas le faire aussi ?

Non, pas quand le Coran se prononce. Quand le Coran se prononce de façon aussi claire, que le Coran nous dit :

le pèlerinage a lieu en des mois connus

Le Coran est clair.

La ayat (verset) n’est pas abrogée et donc, le Prophète ne peut pas changer. Le prophète ne peuxt pas dire "quelques jours", alors qu’Allah dit : des mois connus. Ca n’existe pas, nous pouvons discuter sur le fait de faire des ablutions, et encore... parce qu’il y a une certaine possibilité pour x ou y raison. Mais quand le Coran, le verset est clair...

Prenons un exemple : quand Allah ‘azzawajel impose 80 coups de fouets, ou telle ou telle autre chose, le Prophète ne peut pas abroger le Coran. Il ne peut pas changer la parole d’Allah. Quand Allah parle de façon claire, c’est clair. Il fait autorité absolue. Ceci est déjà un premier point.

Le deuxième point, c’est que le Prophète lui-même parle de ses « mois connus », les compagnons sont d’accord, les tabi’in sont d’accord, les savants sont d’accord et les tafasirs aussi.

Le problème ne vient pas du coran ni encore de la sunnah, le problème étant que le Prophète ne nous a jamais dit de venir accomplir le hajj le 9, 10, 11, 12 ou 24. Il n’a jamais dit cela. Tous vont dans le même sens (2 mois et demi ou 3 mois). Ce sont eux qui ne vont pas dans le même sens, et à aucun moment .

                Il n’y a aucuns éléments théologiques aucuns textes qui vient à l’encontre de cela, il n’y a pas un hadith qui vient donner l’autorité. Comme il peut y en avoir quelques fois, il n’y a pas de hadiths ! Il n’y a pas de savants, de tafasirs qui viennent nous le dire. Donc tout le monde va dans le même sens. Si le prophète, les hadiths, les compagnons, les savants, les tafsirs nous disent : "Tel mois".

Pourquoi faire autrement ? Au nom de quoi font-ils autrement ?

 

Question : Quel mal y a-t-il à faire les 10 derniers jours ? quelle est la contradiction ?
Un mal qui malheureusement semble être réaliser tous les ans, c’est le nombre de morts.

Propos tenus par des journaux télévisés concernant les bousculades mortelles durant le pèlerinage à la Mecque, plusieurs centaines de morts recensés :

Télévision Algérienne :

Le drame près de la Mecque, en ce premier jour de Aid El Adha. Une bousculade meurtrière au cours du Hajj à Minane, qui a fait des centaines de morts et de blessés : 717 ont trouvé la mort dont 3 hajji algériens.

Euronews :

Les premiers soins d'urgence en Arabie Saoudite, les secours s'organisent pour sauvegarder un maximum de pèlerins. Le bilan ne cesse de s'alourdir. Une bousculade géante à Mina, a fait plus de 700 morts et 805 blessés, selon le dernier chiffre communiqué. Il est survenu lorsque des fidèles quittant le lieu, se sont croisés avec d'autres fidèles qui voulaient l'atteindre. les musulmans accèdent au site par des tunnels et des voies suspendus. Un surnombre a déjà provoqué dans le passé, des accidents. Mais ces dernières années, d'important travaux d'infrastructures ont été réalisés pour faciliter le mouvement des fidèles.

i-Télé :

Au total, près de 2 millions de fidèles dont plus d'un million de pèlerins venus de l'étranger, participent au Pélerinage de cette année.
Pèlerin d'Egypte (Wael Abdullah) : "J'ai vu des gens tomber sur le sol. D'autres les piétiner, les gens ont été piétinés. La situation était hors de contrôle."
Pèlerin d'Ethiopie (Anisa Nour) : "J'ai très peur. mais je dois faire ce pélerinage, c'est très important."
Vice-ministre Iranien des Affaires étrangères (Hossein Amir Abdollahian) : "Il est clair que c'est la mauvaise gestion par les autorités saoudiennes qui a causé cet incident catastrophique. Ce sont les Saoudiens qui sont responsables"
Pour sa défense, l'Arabie Saoudite pointe du doigt, le manque de discipline des pèlerins et promet une enquête rapide et transparente.
Roi d'Arabie Saoudite (Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud) : "Quelque soit le résultat de l'enquête, l'amélioration des plans d'organisations du Hajj, ne doit pas s'arrêter. Nous avons demandé aux entités concernés, de réévaluer cette organisation et de déterminer les responsabilités."

Télévision Algérienne :

"Les autorités Saoudiennes avaient annoncés auparavant, 453 morts et 719 blessés. Le ministre saoudien de la Santé a attribué cette bousculade meurtrière au manque de discipline des pèlerins qui ont tendance à ignorer les instructions des responsables du Hajj."

 

Donc, un des premiers inconvénients me semble-il est le nombre de morts chaque année. Donc, quand Il y a un fidèle qui disait, c’est la faute des autorités saoudiennes, non, le problème ce n’est pas les saoudiens, le problème c’est eux.

Question : En quoi sont-ils responsables ?  Ondit aussi que c’est un problème et un manque de discipline des pèlerins.

Oui, un problème de discipline, c’est secondaire. Si tu répartis 1 millions ou plus de pèlerins sur 10 jours, ce n’est pas pareil que si tu répartissais les pèlerins sur 2 mois et demi ou 3 mois.

Ce n’est pas le même chiffre, donc la cause première c’est le nombre extrême de pèlerins concentré, durant un laps de temps extrêmement court qui occasionne forcement des bousculades Et des morts, parce qu’il y a beaucoup de personnes âgées, hommes et femmes qui ne peuvent pas supporter, ce n’est pas évident à supporter.

 

Question : Mais si nous laissons le choix aux musulmans de choisir de pratiquer le pèlerinage aux dites dates anniversaires à laquelle le prophète ('alaihi salat wa salam) l’aurait fait, les musulmans ne sont-ils pas en accord ? Ou ne sont-ils pas en droit de suivre ainsi le Prophète ? Pensant finalement que pratiquer le hajj ces 10 derniers jours soit méritoire quelques parts ?
Depuis quand contredire le coran est méritoire ?!!

 

Question : Ils ne contredisent pas le coran étant donné qu’ils le font aux dates anniversaires qu’on retrouve dans le coran.

Si ils contredisent le coran, parce qu’on réduit le laps de temps à 10 jours, cette volonté de le faire pour les 10 jours alors qu’Allah nous dit de le faire sous 2 ou 3 mois, c'est une contradiction avec le coran, parce que Allah n’a pas dit "en 10 jours". Le fait de venir et de vouloir impérativement le faire en 10 jours comme l’a fait le prophète durant ces 10 jours-là, tu contredis le coran, tu mets en avant ce qu’a fait le Prophète, alors que lui-même ne l’a pas rendu obligatoire de quelques manières que ce soit, donc tu délaisse le Coran.

Quand Allah nous dit dans le coran :

Est-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru. [(Sourate At-Tawba (9:65-66)]

Ce verset s’applique sur deux sortes de moqueries :

  • la moquerie du fait de se moquer du livre d’Allah c’est-à-dire de le négliger, de le mépriser comme les musulmans le font le plus souvent malheureusement, en prenant ce qu’ils veulent.
  • Et le fait, aussi, de donner l’autorité à des choses qui sont contraire au Coran.

Ainsi, quand Allah révèle une chose qui est claire, si la chose n’est pas claire, tu as besoin des savants, tu as besoin d’explications, tu as besoin d’outils. La question, ici, elle se pose ! Il faut laisser cela aux savants, afin de savoir le pourquoi du comment et leurs motivations.

Quand un verset est clair comme celui mentionné, à savoir :

Le pèlerinage a lieu en des mois connus

On ne peut pas discuter après cela. Tu ne peux pas dire le hajj n’est pas le hajj etc. Tu ne peux pas dire que les mois connus ne sont pas des mois CONNUS. À partir du moment où Allah prononce une chose de façon claire et que toi, tu t’en détournes pour faire autre chose ou autrement, au nom d’une prétendue sunnah,

là tu prends quelques parts Le coran en moquerie et en dérision. Parce que tu ne lui donne pas la valeur qu’il mérite !

Sans aucunes raisons théologiques, tu n’as pas de démarche, d’espace pour pouvoir le faire, tu n’as pas de Raison qui puisse justifier de le faire. 

Par conséquent, la première des raisons qu’il y ait ce nombre de morts, est qu'ils soient tous concentrés durant ce laps de temps que nous avons évoqué, qui est très court !

Qu’est-ce qui justifie cela ? Ce sont les dates anniversaires, c’est tout ! Prouve-moi ou le Prophète saw nous dit de venir tel jours, un tafsirs. Trouve-moi quelque chose qui puisse dire cela. Et encore, après cela, il va falloir expliquer le verset du coran à savoir,

pourquoi Allah nous dit de faire le pèlerinage en ‘des mois connus’ et toi, tu le fais en "10 jours" ?
Donc finalement, le coran sert à quoi ?

Si tu te permets de prendre des versets clairs, où Allah te dit "c’est comme cela !" et que toi, tu fais autrement, finalement :

Ton coran te sert à quoi ? Parce que si tu utilise ce genre de procédé, là, tu peux le faire autre part aussi.

 

Question : La pratique du prophète ('alaihi salat wa salam) justement, ne nous sert-elle pas à comprendre et à appliquer le Coran ?

La question à clarifier, est parfaitement clair.

Tu as deux autorités : Nous avons Allah et nous avons le prophète. Les 2 autorités ne sont pas sensés se contredire. Et doivent aller dans le même Sens. Donc cette idée qu’on veut que le prophète ait une autorité, et effectivement il a une autorité, ne peut pas néanmoins être absolue.

Elle n’est pas absolue.

Nous autres, nous n'avons pas vu le prophète. S'il était avec nous, ce ne serait pas la même chose. En effet, s’il fait une chose qui nous semble contraire au Coran, on peut toujours lui poser la question.

Or, là, le prophète n’est pas parmi nous. Donc nous, quand Allah nous dit :

« Obéissez à Allah et obéissez au messager »

On obéit à Allah par le fait que nous avons devant nous le livre d'Allah qui est Sa Parole. A contrario, on ne peut pas obéir au prophète comme Allah nous demande de lui obéir. Et cela, pour la bonne et simple raison qu’on ne l’a pas vu.

Par conséquent, nous avons un intermédiaire, des intermédiaires qui sont les livres, et des livres. Il faut ainsi intégrer toutes les possibilités de falsifications, de déformations, de mensonges, etc.

Comme nous en avons déjà parler à plusieurs reprises. Donc, nous avons un devoir de réserve, nous devons avoir du recul sur ses ouvrages-là. Et le recul nous impose que quand un verset est clair et que personne ne peut L’expliquer autrement et que personne ne peut nous donner une explication cohérente, tu dois suivre le coran. Suivre le coran ne vient pas contredire le prophète, il vient contredire des propos qu’on a attribué au prophète, ce n’est pas la même chose. Contredire le prophète alors qu’il est en face de toi est une chose, contredire des propos parce qu’on dit "le prophète a dit", c’est autre Chose.
Là, Le bon sens, la foi et la raison t’oblige à suivre le coran, quitte à te tromper, mais tu ne peut pas laisser des évidences pour suivre un livre quelconque dans lequel on attribue telle ou telle Chose au prophète. 

Dans ce cadre-là, quand tu prends le verset, quand tu prends les ahadiths, quant tu prends les tafsirs. Quand tu prends les avis des compagnons, ils vont tous dans le même sens. Il n'y aucuns d'entre eux, qui l’a compris autrement, ni interpréter autrement. Ils divergent sur 2 ou 3 mois. Pas de soucis ! Mais il n’y a aucun d’entre eux qui nous disent que le pèlerinage se fait en 10 jours il n’y en a aucuns !

Donc s’il n’y en a pas, pourquoi on le fait ? La question est simple ! Donnez nous Une information crédible qui nous dit que le pèlerinage se fait en 10 jours.

C’est quoi leurs références théologiques pour affirmer cela, d’où sort cette pratique ?

Il faut bien qu’on nous l’explique, c’est quoi la raison ? Donc eux, se basent sur le fait que, parce que foulan a rapporté ceci, que foulan a rapporté par cela...

Et pourquoi moi je ne pourrais pas me baser sur le coran ? Donc, il est impossible que ceci ou cela, ait plus de valeur que le Coran, les Hadiths, les Compagnons, les Savants, etc.

Donc tout cela n’est pas solide ?
Nous allons ainsi délaisser le coran et la sunnah pour du « il se peut que » ! Il faudrait nous dire c’est quelle démarche théologique ça !

Les choses sont claires et c’est ce qui occasionne vraisemblablement le nombres de morts. Il est évident que s’ils respectaient les mois : soit 2 ou 3 mois, il y aurait peut-être des morts, mais pas autant, et pas tous les ans. 

C’est normal, tu mets 2 millions de personnes dans un espace, je vais caricaturer un peu : Dans 20 m², tu mets 2 millions de personnes le même jour, ça n’a pas de sens au niveau du comportement humain.