Articles Belligérants

De Gaza à Nantes, en passant par Boris Le Lay

Dossiers Belligérants

Écrit par Maamar Metmati

Dans cet article nous allons apporter un commentaire à une vidéo réalisée et diffusée par le breton Boris le Lay.

Qu'il soit anti-Islam, anti-musulman, anti-immigré, anti-arabe, anti-maghrébin, anti-noir, c'est son droit le plus élémentaire. Par contre, ce qui l'est moins, c'est qu'il fasse preuve de malhonnêteté à l'instar de certains individus du même ordre comme Majid Oukacha, Aldo Sterone, et d'autres.

Qu'il mène un combat c'est tout à son honneur. En effet, il n'y a rien de plus noble pour un homme que lutter pour ses idées qu'il croit justes et nécessaires ; Encore faudrait-il qu'il le mène de manière juste, droite, digne, sincère, et avec honneur; ce qui n'est pas le cas de Boris le Lay, et pas plus que ce n'est le cas, d'Aldo Sterone, de Majid Oukacha entre autres, et nous disons même surtout eux !

Effectivement, ces énergumènes sont en panne d'arguments et de faits matériels. Ainsi, ils se sentent contraints de mentir, d'inventer, de déformer, de falsifier et de manipuler. Et ils manipulent en premier lieu, les leurs : ceux qui leurs accordent un tant soit peu de crédit, afin de se conforter dans leurs idées.

C'est ce que fait ici Boris le Lay à travers sa vidéo. En effet, il s'est saisi d'un fait tragique qui s'est déroulé à Nantes, dans le quartier de Breil, le 3 juillet 2018. Il s'est saisi de la mort d'un jeune homme d'origine africaine de 22 ans, tué par balle par un brigadier-chef CRS de la compagnie de Bergerac.

Paix à l'âme de ce jeune homme tué, et toutes nos condoléances les plus sincères à sa famille. C'est toujours très dur de perdre une personne qui nous est chère, qui plus est dans ces conditions. Et nous imaginons la douleur, voire la haine que doit ressentir sa famille lorsque des individus comme Boris le Lay tiennent des propos graves et insultant à l'égard de ce jeune homme tué.

Les médias ont rapportés cette actualité mais comme à leur habitude avec une dose de mensonge, de partialité et de manipulation.

Néanmoins, il faut tout de même faire preuve un tant soit peu de raison et de sérieux. En effet, Boris le Lay, le raciste, le menteur, le médiocre explique que ayant le souci d'éclairer les français et les françaises, ayant le souci du bon fonctionnement du cerveau français, ayant le souci que ses compatriotes ne soient pas l'objet d'une quelconque manipulation, car visiblement ça serait le cas, il aurait constater que les médias auraient menti sur cette affaire et auraient caché la vérité, qu'ils auraient manipulé cette histoire, et ce par différents moyens.

Alors monsieur Boris le Lay étant quelqu'un de tout à fait honnête et intègre, a décidé de dire la vérité toute la vérité rien que la vérité. Pour se faire, il a réalisé une vidéo dans laquelle il apporte un certain nombre d'éléments qui sont censés rétablir la vérité, puisque selon lui, cette dernière aurait été victime des médias qui seraient pour le coup pro-musulmans, pro-immigrés, pro-arabes, pro-maghrébins, et pro-noirs.

Dans sa vidéo Boris le Lay dit :

"Bonjour à tous chers amis, je suis heureux de vous retrouver pour une nouvelle vidéo.

Cette semaine je vais revenir sur les évènements de Nantes qui ont été l'objet d'une énorme désinformation de la part des médias d'Etat, ça n'est pas une surprise.

Je veux souligner ici que cette désinformation est récurrente à chaque fois qu'elle implique des criminels d'origine extra-européenne, afro-maghrébins en général, et que cette désinformation vise à empêcher l'opinion publique française de tirer des conclusions sur la base de faits, sur la question de l'immigration.

Donc il s'agit bien pour le gouvernement français, pour les médias contrôlés par le gouvernement français d'imposer un discours officiel sur l'immigration en toute circonstance, et lorsqu'il se passe ce type d'évènement comme à Nantes. Vous avez un criminel d'origine africaine qui a été abattu par la police. Il s'agit d'éviter toutes conclusions contraires au dogme de l'immigration totale qui est voulu par les élites qui contrôlent la France.

Donc c'est très important de le souligner en préambule parce que c'est ce qui explique la désinformation que nous subissons tous, et que vous subissez bien sûr.

Donc comprenez bien cela, les médias vous considèrent comme une proie, une cible, vous êtes victime d'une guerre psychologique et on cherche à manipuler votre compréhension de la réalité, pour prévenir de votre part toute réaction à caractère politique qui pourrait nuir au gouvernement, c'est-à-dire toute réaction qui ne va pas dans le sens de ce qu'attend de vous le gouvernement et les élites qui contrôlent la France de manière générale.

Donc vous êtes en ce moment même ciblés, votre esprit est attaqué par ces médias, ça suit un processus très simple, très élémentaire, toujours le même, et c'est ce processus que je vais décortiquer avec vous, pour que si ce n'est déjà le cas, je pense que quand même beaucoup d'entre vous le comprenez mais si certains ont encore des doutes, eh bien vous puissiez le comprendre, le démonter, et à l'avenir éviter les conséquences de ce type d'attaque contre votre esprit, car je le répète votre esprit est attaqué par les médias d'Etat en ce moment même ! Une opération de guerre psychologique.

Alors, les faits, commençons par là, c'est peut être le plus intéressant, c'est-à-dire par là où tout le monde prend connaissance de ce qui s'est déroulé à Nantes il y a quelques jours, à savoir un criminel africain abattu par un policier.

Si vous taper dans Google actualité, vous allez à Google actualité Nantes par exemple, vous allez voir toute une série de résultats qui tombent avec l'utilisation récurrente d'un certain nombre d'expressions dans les titres et beaucoup de gens se cantonnent aux titres, beaucoup de gens ne lisent pas nécessairement les articles, ou se limitent simplement à écouter ce qu'ils entendent à la radio ou à la télévision.

Et donc ils vont rester dans ce champ lexical imposé, c'est-à-dire le choix des termes qui est imposé par les journalistes du système.

Quel est le terme qui revient le plus fréquemment ?

C'est le mot "jeune", toujours de manière systématique lorsqu'il y a des émeutes raciales en France, dans les enclaves afro-maghrébinnes et musulmanes, que l'on retrouve dans toutes les grandes villes françaises, dans les villes moyennes, et même parfois dans des petites villes.

A chaque fois qu'il y a des troubles, on ne va pas utiliser les qualificatifs qui permettraient à l'opinion publique française d'identifier la source du problème.

Donc il y a un travail de désamorçage, donc de manipulation mentale qui est fait par les médias gouvernementaux pour faire en sorte que vous ne tiriez pas les bonnes conclusions. Et le meilleur moyen de s'y prendre c'est de qualifier l'origine du problème d'une certaine façon, de telle sorte que vous ne tiriez pas de conclusions, du moins celles que le gouvernement essaie de vous empêcher de tirer.

Alors quant on parle de "jeune" évidemment on coupe du contexte le protagoniste. Donc ce sont des jeunes, donc quand vous avez des émeutes, des troubles, des confrontations avec la police, ce sont des jeunes, en règle générale ce sont très souvent des gens qui ont un certain profil ethnique, racial et religieux, vous le savez, vous comprenez ce que je veux dire, mais on cherche à l'effacer, et on vous parle de jeunes.

Donc visiblement pour les médias gouvernementaux le critère qu'ils retiennent c'est l'âge, pourquoi ?

Outre le fait d'effacer le contexte éthnique, religieux et racial que ça sous entend, c'est aussi de créer une empathie, créer une sympathie dans l'opinion publique française pour le protagoniste.

Donc le protagoniste sur lequel je vais revenir qui est un criminel devient une victime, voyez deuxième manipulation. L'agresseur, le danger devient la victime, la victime du danger, et par voie de conséquence ceux qui sont censés régler le problème, à savoir les policiers deviennent la source du problème, donc la menace.

Donc la police devient la menace, le criminel devient la victime, regardez bien comment ça fonctionne, c'est très simple, ça se passe toujours comme ça.

Donc en parlant de jeunes, vous allez créer une empathie dans l'opinion publique française, pourquoi ? Nous avons tous des jeunes autour de nous, que ce soit des jeunes de nos familles ou alors que nous soyons jeune nous même par exemple, ou alors que nous soyons père de famille, mère de famille, grand-père, grand-mère, peu importe. Le mot "jeune" va déclencher dans notre esprit des images par association, c'est-à-dire que j'entends le mot "jeune" ça va déclencher dans mon esprit des images qui vont surgir, et auxquelles j'attribue traditionnellement l'image de ce qu'est un jeune.

Et vous associez aussi très souvent la jeunesse avec l'innocence bien sûr hein !

Par définition, on a tendance à penser qu'un jeune n'a jamais mauvais fond, ne cherche jamais vraiment à faire de mal à autrui, il peut faire des bêtises mais si il fait des bêtises ce n'est pas volontairement, c'est une erreur voyez, c'est parce qu'il n'a pas encore l'expérience de la vie donc il ne sait pas exactement ce qu'il fait. C'est une façon de déresponsabiliser le protagoniste.

On vous dit le mot "jeune", le mécanisme dans votre esprit se déclenche, et hop vous avez un phénomène d'empathie, de sympathie pour le protagoniste qui surgit immédiatement, ça se fait mécaniquement comme si on appuyait sur un bouton et que ça s'enclenche, il y a un caractère automatique dans ce mécanisme. Ce que savent pertinemment les médias, les médias savent que lorsque vous utilisez un mot ça déclenche une série de représentations, que vous le vouliez ou pas, c'est inconscient, ça se passe dans l'esprit comme ça.

Donc on vous parle d'un jeune qui a été abattu par la police, voilà, l'utilisation du mot "jeune" et ensuite avec la formule "abattu par la police", montre trois axes de manipulation, c'est-à-dire les caractéristiques de la menace, l'inversement de la réalité avec le criminel qui devient la victime, et le phénomène d'empathie qui est suscité chez vous avec l'utilisation du mot "jeune", vous n'avez rien vu !

Alors peut être que vous ne marchez plus là dedans parce que vous êtes rompu à l'exercice, mais beaucoup de gens se font happer, parce que ça utilise des catégories inconscientes de l'esprit du cerveau, donc c'est au-delà de votre volonté en fait. Et si c'est matraqué suffisamment longtemps, vous allez adhérer à cette version officielle.

Les médias sont encadrés par des gens qui sont des professionnels de la manipulation mentale, sachez-le quand même hein !

Alors maintenant que j'ai dit ça, moi je propose de contextualiser, c'est-à-dire de faire le travail que la presse ne veut pas que vous fassiez, contextualisons, c'est-à-dire replaçons les faits dans le cadre, que ce soit temporel et spatial, et apportons-y toute une série de précisions.

D'abord, Nantes, fusillades, oui c'est récurrent, à Nantes il y a souvent des fusillades. Si vous lisez la presse locale, vous allez découvrir que Nantes est très souvent le théâtre de fusillades, et il y a des raisons à cela.

Alors ce n'est pas partout à Nantes, c'est dans certains endroits, tiens tiens certains endroits ?! Lesquels ?

On vous parle de quartiers, Malakoff, Bellevue, Breil, voilà on en dit pas davantage."
Nantes : Un mineur gravement blessé dans une fusillade - 20 minutes - 03/09/2017
Breizh Info
France soir

Il continue en disant :

"Non ! Ce sont des quartiers éthniques, ce sont des enclaves afro-maghrébines, ce sont des endroits de peuplement africains et musulmans, ça n'est pas n'importe où dans Nantes, ce n'est pas dans le centre-ville, c'est dans certaines zones avec un peuplement dôté de certaines caractéristiques, tiens curieusement on en parle pas ?!

Pourtant si vous regardez les images ça saute aux yeux, visiblement il y a des choses différentes, je vous propose de les regarder."

Ensuite, il nous présente une vidéo dans laquelle on voit des gens manifester, afin d'appuyer ses arguments.

Manifestation

Et il reprend ainsi :

"Ah voilà ! Et quand vous regardez juste après l'interpellation la réaction des locaux, vous allez voir qu'il y a certaines caractéristiques, regardez comment les policiers ont été pris d'assaut par la faune locale, regardons ça tout de suite !"

Il nous présente une seconde vidéo où l'on peut voir des policiers près d'un véhicule et des riverains en colère.

Puis, Boris Le Lay poursuit :

"Bon bah vous voyez il y a des caractéristiques qui reviennent, curieusement celles qu'on essaie d'effacer, c'est surprenant quand même non de la part des médias, très curieux !  

Donc il y a bien un cadre, il y a des fusillades, la presse locale en parle souvent je l'ai dit il suffit de consulter, et ça se passe toujours dans les mêmes endroits sur fond de trafics de drogues, ah tiens trafics de drogues, c'est drôle il était aussi suspecté de trafic de drogue.

Et je vous propose maintenant de nous intéresser à ce qui s'est passé concrètement lors de cette interpéllation, ce qui est complètement effacé par bon nombre de médias, c'est-à-dire qu'il y a beaucoup de choses qui sont effacées par les médias en ce moment. Vous allez les trouver si vous cherchez un peu, parce que les médias ne peuvent pas tout occulter.

La manipulation qu'opère les médias en général se situe au niveau du traitement, c'est-à-dire, comment je prends mes prises de vue ? Quelle type d'image je veux prendre ? Quel type de personne je veux interroger plus que tel autre ?

Ce n'est pas qu'il va y avoir systématiquement de la dissimulation d'informations, mais l'information qui va vraiment être importante, et qui est gênante, on va la mettre tout en bas des articles, de petits articles anodins qui font des brêves, ça on va les mettre un petit peu en bas de liste. En revanche les images ou les titres que l'on veut vraiment mettre en avant, vous allez voir qu'il y aura un traitement différent, donc c'est le traitement qui est très important.

Et donc la presse ne peut pas tout occulter non plus, je veux dire les policiers sont impliqués, les syndicats de policiers communiquent, la presse doit bien en faire écho quand même, mais c'est pas ce qu'on va retenir le plus.

Alors moi je vous propose de lire un certain nombre d'extraits d'un article de France Bleu."

Ensuite, il nous présente une capture d'écran d'un article de France Bleu qui aborde des faits qui étaient reprochés au jeune homme abattu par la police.

France Bleu : Nantes : Qui était Aboubacar Fofana et où en est l'enquête ?

Et Boris le Lay poursuit :

"C'est pas une source complotiste, c'est une source officielle donc la presse d'Etat, mais qui doit quand même donner un certain nombre d'informations. Alors je vais vous en livrer une, voici ce que nous dit cet article de France Bleu : "La voiture du jeune homme faisait l'objet d'une surveillance en raison de soupçons de trafic de stupéfiants selon une source syndicale. Lors d'un contrôle mardi soir il a fourni une fausse identité alors que les policiers s'apprêtaient à vérifier son identité le jeune homme a enclenché une marche arrière en direction d'un CRS et d'une fillette qui circulait à bicyclette. L'un des policiers qui se trouvait à l'avant de la voiture à tirer un coup de feu tuant le jeune homme.". Et on apprend par ailleurs qu'il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt par un juge d'instruction de Créteil dans le Val-de-Marne pour vol en bande organisée et association de malfaiteurs en vue d'un crime, ça c'est France Info qui le disait : "Le jeune homme prénomé Aboubakar Fofana était originaire de Garges-lès-Gonesse dans le Val-d'Oise.".

Alors on apprend toute une série de choses là, il appartient à un gang et il avait un mandat d'arrêt contre lui, c'est-à-dire qu'il était activement recherché par la justice et par la police.

Cet homme était par ailleurs visiblement soupçonné de trafic de drogue dans un quartier de Nantes qui est comme je l'ai dit et comme vous pouvez le vérifier dans la presse, est le théâtre d'un intense trafic de drogue avec d'autres quartiers de Nantes, et qui donne lieu à des confrontations armées entre gangs éthniques très régulièrement."

Il nous montre ensuite une vidéo d'une supposée fusillade dans un quartier de Nantes, et il poursuit :

Il est suivi, les policiers lui demande de décliner son identité, qu'est-ce qu'il fait ? Il essaie de fuir, en essayant de fuir il a probablement avec son véhicule puissamment heurté un mur attenant, et il a failli blesser un policier qui se trouvait là."

"Réflexe du policier, il a abattu cet individu très dangereux, voilà.

Donc, un criminel d'origine afro-musulmane a été abattu après avoir essayé de forcer un barrage de police, alors qu'il était activement recherché et qu'il avait un mandat d'arrêt contre lui.

Ah ! Mais ce n'est plus du tout la même histoire !"

Frères et soeurs, ici Boris le Lay a analysé ce que les médias mainstream ont dit sur cette affaire, et il a constaté un certain nombre de choses, et donc il se propose de rétablir la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

Boris le Lay considère que les médias ont abusés du qualificatif "jeune", afin dit-il, de provoquer de la sympathie dans l'esprit des gens pour ce jeune homme abattu par la police, et afin de le faire passer pour une victime plutôt qu'un criminel, et ainsi criminaliser la victime, en l'occurrence la police.

Puisqu'en effet selon Boris le Lay, dans l'inconscient collectif, un jeune est innocent et naïf, le terme "jeune" résonne positivement dans l'esprit des gens. Et c'est pourquoi les médias ont utilisé ce terme à outrance afin d'amoindrir voire d'effacer les faits reprochés au jeune homme tué par la police.

Toujours selon Boris le Lay, si les médias n'étaient pas dans une volonté manifeste de manipuler les gens, ils n'auraient pas dit un "jeune", mais ils auraient plutôt dit "un jeune africain" ou "un jeune français d'origine africaine", eh bien non, ils ont dit un "jeune" et cela selon lui afin de provoquer de la sympathie pour ce jeune homme abattu par la police.

Et cela semble offusquer Monsieur Boris le Lay, effectivement, il apparaît que le simple fait de qualifier un africain de "jeune" s'en est déjà trop pour lui.

Voyez vous lorsqu'un animal est tué, on dit pas un jeune animal a été tué, on dit seulement un animal a été tué.

A croire que pour Boris le Lay, le terme "jeune" ne s'applique qu'aux êtres humains dignes de ce nom, en l'occurrence l'homme blanc comme lui par exemple. Mais pour un noir, un arabe ou un maghrébin on ne dit pas "un jeune", comme on ne le dirait pas pour un animal. Selon Boris le Lay, il semblerait que ça ne puisse pas s'appliquer à des non-blancs.

Alors nous avons fait quelques recherches sur internet pour vérifier les dires de Boris le Lay, et en vérité nous avons constaté que dès lors que des faits délictueux impliquaient de jeunes individus nous retrouvions toujours le qualificatif "jeune", et ce sans aucune distinction d'origine ou de confession religieuse, que ce soit pour des blancs ou des non-blancs.

Il faut vraiment être complètement fêlé du cerveau pour y voir en cela une volonté des médias de provoquer chez les gens de la sympathie envers ce jeune homme tué par la police.

Et comme vu précédemment ça ne tient pas.

Alors peu importe si ce genre de propos que tient Boris le Lay sont des mensonges, des conneries, des stupidités, de la haine, de la folie, de la débilité, de la médiocrité, passons !

En vérité, c'est assez rassurant pour nous autres musulmans de constater que nos adversaires sont plutôt médiocres, à l'instar de Boris le Lay, nous nous disons qu'au final tout n'est pas perdu, même si de "notre" côté on a quand même les meilleurs.

Comme nous avons pu le voir, Boris le Lay est allé fouiller sur internet, et il est tombé sur un article de France Bleu qu'il l'a quelque peu réconforté dans sa position. En effet dans cet article de presse il apparaît que le jeune homme abattu par la police faisait l'objet d'un mandat d'arrêt décrété par un juge de Créteil, et qu'apparemment il appartenait à un gang ; il aurait fait une marche arrière avec son véhicule lors d'un contrôle de police et aurait failli renverser une fillette à vélo (pour preuve le mur effondré), et donc un policier par réflexe tire sur le jeune homme.

A la lecture de cet article Boris le Lay se réjouit mais pas complètement parce que selon lui nous sommes encore très loin de la réalité, c'est seulement ce qui a fuité dans les médias, mais selon lui ce n'est que la partie émergée de l’iceberg. Et par contre Boris le Lay, lui connait toute la vérité concernant cette affaire. En effet, à ce sujet il dit :

"Un criminel d'origine afro-musulmane a été abattu après avoir essayé de forcer un barrage de police, alors qu'il était activement recherché et qu'il avait un mandat d'arrêt contre lui.
Ah ! Mais ce n'est plus du tout la même histoire !"

Notamment, ça, c'est du bon journalisme ! Un Criminel d'origine afro-musulmane... ça, c'est du journalisme bien blanc, bien français...

"Un criminel d'origine afro-musulmane" dit-il. Il précise qu'en plus d'être africain il est aussi musulman, ce qui semble être selon lui une circonstance aggravante.

Il affirme que ce jeune homme serait un criminel. Ah bon ?! Mais sur quoi se repose-t-il pour affirmer une telle chose ? A-t-il des preuves de cela ? Jusqu'à preuve du contraire le trafic de drogue n'est pas aussi grave que le meurtre ou le viol.

Egalement, Boris le Lay affirme que le jeune homme a "essayé de forcer un barrage de police", c'est étrange parce que nous avions tous cru comprendre qu'il s'agissait d'un contrôle de police, et non d'un barrage de police. Lui même le dit plus tôt dans sa vidéo que c'est un contrôle de police, eh bien d'un seul coup ce n'est plus un contrôle de police mais un barrage de police, ce qui n'a rien à voir.

Monsieur le Lay a dû se dire que si il faisait passer un simple contrôle de police pour un barrage policier ça permettrait peut être d'appuyer son propos auprès de ses fidèles auditeurs, parce qu'un barrage de police dans l'inconscient collectif ça fait davantage gangster.

A côté BFM TV c'est le Washington Post !

Dans le quotidien "Le Monde", évidemment qui n'a aucune valeur aux yeux de Boris le Lay, néanmoins nous allons citer quelques faits avérés qui y figure :

"Il (le policier) invoquait la légitime défense, il plaide désormais le tir accidentel. Le CRS auteur des coups de feu qui a tué Aboubakar F., mardi 3 juillet, dans le quartier de Breil, à Nantes, Loire-Atlantique, a livré une nouvelle version des faits devant les enquêteurs de l'Inspection Générale de la Police Nationale. A l'issue de sa garde à vue, le brigadier-chef de la compagnie républicaine de sécurité de Bergerac a été mis en examen vendredi soir à Nantes pour coups et blessures volontaires ayant entraînés la mort sans intention de la donner, avec les circonstances aggravantes que les faits ont été commis par une personne dépositaire de l'autorité publique après usage d'une arme.

Après avoir été présenté aux deux juges d'instructions saisis de ce dossier sensible le policier a été mis sous contrôle judiciaire conformément à la réquisition du parquet"

Alors ici, c'est très intéressant car on apprend que la version première était qu'il s'agissait de tir en position de légitime défense, et désormais c'est un tir accidentel, en somme la balle elle est partie toute seule, c'est un "accident". Il faut bien dire que c'est assez peu crédible.

Et conformément à la réquisition du parquet, le policier a été mis sous contrôle judiciaire et remis en liberté.

Nous vous faisons savoir que le parquet, le ministère public demande systématiquement le mandat de dépôt lorsque le délit commence à peu près à un vol de téléphone (surtout lorsque ça concerne un noir ou un maghrébin), tout le temps !

Mais là étrangement pour la mort d'un homme non, le parquet ne demande pas de mandat de dépôt, ça veut dire que les juges ont estimés qu'il n'y a aucune raison valable à cette demande, pourtant le ministère public est censé être répressif, mais dans ce cas là non.

Par ailleurs, nous apprenons que le policier a été mis en examen non pas pour homicide volontaire mais pour coups et blessures volontaires ayant entraînés la mort sans intention de la donner.

Lorsqu'une personne détient une arme à feu (en connaissant son pouvoir destructeur) et en fait usage contre un être humain, qu'est-ce que ça produit comme effet en temps normal ? En principe, il y a de fortes probabilités pour que la personne visée meurt, sauf si la balle ne touche pas un organe vital, à ce moment là elle s'en sortira blessée, paralysée voire dans le coma.

Mais là curieusement dans cette affaire le policier est mis en examen pour coups et blessures volontaires ayant entraînés la mort sans intention de la donner.

Ah parce que lorsque quelqu'un tire sur une personne avec une arme à feu elle n'a pas l'intention de la tuer ? Alors qu'un policier entraîné au maniement d'armes à feu sait pertinemment que si il vient à tirer sur un individu il y a de très fortes probabilités pour qu'il meurt, donc cette inculpation de "coups et blessures volontaires ayant entraînés la mort sans intention de la donner" n'est pas valable dans une affaire comme celle-ci, mais plutôt dans le cas d'une bagarre qui aurait dégénérée, qui serait allé trop loin.
Qu'ajouter de plus ? Légitime défense ? Le coup est parti tout seul ? Coups et blessures volontaires ayant entraînés la mort sans intention de la donner ? Pour quel motif ce jeune homme est décédé ? Pour quel crime ? Un africain de plus ou de moins (ça dépend de quel côté on est) ? Demain ça sera peut être un arabe ?

Ca se passe de commentaire.

D'un autre côté, il faut bien reconnaître que ces jeunes de cité qui comme durant les émeutes de 2005, ou comme dans la ville de Nantes par exemple, lorsqu'un jeune dans leurs cités est tué, ils se sentent solidaires de lui pour des tas de raisons. Et donc le plus souvent ils expriment leur colère par des actes malheureusement de vandalismes. Effectivement, le plus souvent ce sont des noirs et des arabes (maghrébins) qui vivent dans ces cités, qui pour la plupart pour ne pas dire tous, sont de confession musulmane, même si une grande partie d'entre eux ne pratiquent pas plus que ça, mais ils ont tout de même cette croyance en eux de "lâ ilâha illa-llâh, muhammad rasûlu-llâh", et ça pour eux c'est important.

Ils ont cette qualité qui est qu'ils se sentent concernés lorsque l'un des leurs tombe sous les balles.

Ce qui est tout à fait étonnant et révélateur, c'est que les vrais musulmans (ce qui ne fument pas de shit, ce qui ne vont pas en boîte de nuit, ce qui lisent le Coran, ce qui font des vidéo sur l'Islam, ce qui donnent des cours, etc...) n'ont jamais réagit lorsqu'un des leurs est tombé, que ce soit en France ou ailleurs, ou lorsqu'une sœur a été violée, malmenée, tabassée, jamais ils n'ont réagit ! Il est difficile de comprendre comment ce monde fonctionne ...

Dans le meilleur des cas, ils postent des vidéos sur les réseaux sociaux, dont le seul cri de révolte s'apparente le plus souvent à une espèce de crise d'adolescence. C'est consternant !

Même les "racailles" de cités se comportent davantage en musulmans, en tout cas en êtres humains, plus que ces dit "musulmans".

« ...Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans cette vie, et au Jour de la Résurrection, ils seront refoulés au plus dur châtiment, et ALLAH n'est pas inattentif à ce que vous faites. » [Saint Coran, sourate al-Baqarah, verset 85]

ALLAH n'a qu'une parole ! ALLAH ne ment pas ! ALLAH tient sa parole !

En effet, il suffit d'observer la situation actuelle pour s'en rendre compte.

Nous invitons les musulmans, si ils veulent sortir de cette humiliation dans laquelle ils sont, à revenir au Coran dans son intégralité ou bien de quitter l'Islam, en effet si vous quittez l'Islam vous n'êtes plus tenu par l'humiliation (quoique) mais vous rendrez des comptes Le Jour du Jugement.

De plus, ces jeunes ne sont pas contaminés par le poison (la laïcité et l'indifférence à l'égard des musulmans) des prédicateurs du système, des "imams" de France, dont le comportement de ces derniers est similaire à celui des curés, c'est-à-dire qu'il n'évoquent que des sujets apolitiques et parlent tout gentiment comme des curés.

Ces "imams" laïcs sont de véritables criminels, de par leur indifférence à l'égard des musulmans en France et ailleurs dans le monde, de par leurs manipulations, etc...

En apparence ils semblent de pieux et doux musulmans, mais en vérité ils ne sont rien de tout ça ! Toutes ces apparences c'est juste pour faire leur travail d'égarement et de réforme.

Et en cela ils sont semblables aux curés.

Dès lors qu'ALLAH a donné des ordonnances, des lois et des principes, et qu'Il a promis la récompense ou la punition, c'est effectif immédiatement.

Dès que quelqu'un suit et prie derrière ces "imams" et prédicateurs de France, ça a des effets c'est obligé !

C'est assez étonnant de constater que ces jeunes qui sont présentés comme les derniers des derniers seraient probablement les premiers à défendre des sœurs si demain elles se faisaient agresser, ce qui est fort probable au vu de la situation actuelle. Il faudra pas compter sur les "imams" de France et leurs fidèles, car ils seront sûrement les premiers à se sauver.

Et de Gaza à Nantes, force est de constater malheureusement que de nos jours l'honneur et le sang du musulman ne vaut plus rien. Alors que le Prophète Muhammad ('alayhi salat wa salam) lors du Pèlerinage d'Adieu aurait dit :

"Dieu a fait de votre honneur et de votre sang des choses sacrées."

Alors non, Monsieur Boris le Lay, non ! Un peu de respect, on tire pas sur des gens sans aucune raison valable, on a pas le droit, c'est interdit ! La réponse du policier était totalement disproportionnée, on tue pas les gens comme ça.

En plus, lorsqu'on est armé d'arme à feu avec gilet pare-balle, et en nombre, on ouvre pas le feu sur une personne dans un véhicule qui manifestement ne brandit aucune arme et qui veut simplement fuir, on lui tire pas dessus Monsieur, on cherche à le neutraliser, mais on ne le tue pas ! Alors votre version Monsieur Boris le Lay c'est du grand n'importe quoi, vous faites même honte dans vos rangs avec ce genre "d'analyse". Mais encore une fois, c'est assez rassurant pour nous autres musulmans de constater que nos adversaires sont plutôt médiocres.

Nos Dossiers : Belligérants

Qui a tué Samuel Paty ?

Alors que les médias étaient encore dans la conjecture du Coronavirus, et cela depuis plusieurs mois, ces derniers ont vu le jour d'un fait divers, le crime à l'encontre de Samuel Paty, et ont (.....)

Majid Oukacha a raison... Oui, il a raison mais

Majid Oukacha a raison... ce n'est point ironique. Ancien musulman ayant renier la religion, qui passe le plus claire de son temps, à dénigrer l'islam. Pour lui, il fait un travail intellectuel (...)

Aldo Sterone incite au massacre des musulmans de France

Aldo Sterone, l'homme qui incite au massacre des musulmans de France. Scandalisé par une vidéo dans laquelle on voit des musulmans accomplir une prière de rue, Aldo Sterone tel un président, int (...)

Aldo Sterone tourne en rond...

Aldo Sterone en difficulté, tourne en rond... Suite à notre réfutation de ses propos, Aldo Sterone a réalisé une vidéo intitulée "Sunnisme: Al Albani justifie les attentats suicide", dans laquel (...)

Les Gilets Jaunes, les Racistes et les "musulmans"

Au nom du pain, soit 84 % des français, sont révoltés, manifestent afin de réclamer, d'exiger une qualité de vie bien meilleure. C'est finalement l'appel de l'estomac. Deux grands problèmes :... (...)

De Gaza à Nantes, en passant par Boris Le Lay

Ce qui me semble tout à fait nécessaire de dénoncer, est que pour la majeure partie de ceux qui dénoncent l'islam sont pour ainsi, honnêtes. En dehors de quoi, Boris Le Lay, en panne d'arguments (...)