Fiches Ousmane Timera

Ousmane Timera : Un ennemi de l'Islam et des musulmans

Fiches Imams de France

Écrit par Maamar Metmati

Le 5 août 2017, le prédicateur Ousmane Timera avait réalisé et diffusé une vidéo sur son compte Youtube, qui s'intitulait "Le Prophète pouvait-il légiférer?". Ici, nous allons reprendre ses propos, les analyser et les commenter.

Je cite :

Qui a le droit de dire, ça c’est haram ? Qui ? Ou, cela est licite ! Il n’y a que Dieu. L’imam Malik, l’imam Chafi’i, le Prophète lui-même ne peut pas ! Beh oui ! Je sais que j'ai choqué.

Ici, comme vous le constatez très probablement, il dit que même le Prophète ne peut pas interdire, le prophète n’a pas le pouvoir de rendre licite, d’interdire ou d’autoriser. Il n’a pas le pouvoir de légiférer, il a le pouvoir d’enseigner, d’expliquer, de pratiquer, d’aider, d’assister. En fait, il a les pouvoirs de tout ce que l’on veut, mais il n’a pas le pouvoir de légiférer, en ce sens où il ne peut pas interdire ni autoriser.

Ce n’est que le domaine d’Allah, seul Allah peut interdire et autoriser. Donc, tout ce qu’il n’y a pas d’interdit dans le Coran ne peut plus être interdit. Si ce n’est pas interdit dans le Coran, plus personne ne peut l’interdire : Ni le Prophète, et à plus forte raison, l’imam un tel ou l’imam un tel. Voilà ce que nous dit Ousmane Timera.

Ce qu’il faut comprendre avec Ousmane Timera, que l’on présente parfois à mon sens à tort comme étant un coraniste, c’est que celui-ci a un très Gros problème avec la Sunnah, non pas parce que la Sunnah cause un certain nombre de difficultés quant à son exploitation mais parce que la Sunnah est explicite - contrairement au Coran, sur lequel lui et ses semblables peuvent jouer avec les files, lui faire dire ce qu’il ne dit pas, faire des Tafsirs comme ils veulent, nous expliquer qu’il faille lire tout le passage du verset pour comprendre le sens, faire des explications tout à fait farfelues - avec la Sunnah, ils ne peuvent pas.

Nous avons des ahadiths, nous avons une situation, nous avons des choses qui ont déjà été explicitées par le Prophète ﷺ : Vraies ou fausses (ahadiths), la question n’est pas là. En tout cas, ça a été explicité. Certains hadiths sont vrais, d’autres faux, probablement. Or, ceci est un autre débat.

Quoiqu’il en soit, et là, ça nous cause un problème puisque ce monsieur s’évertue comme on le sait, à détruire la Sunnah pour mieux imposer sa compréhension de la religion qui est d’être musulman sans être musulman finalement. En outre, c’est être musulman et fumer pendant la période de ramadan, s’intégrer, voter et respecter à la lettre, les lois des kuffars. C’est tout ce qu’on sait d’Ousmane Timera.

Le Prophète ﷺ ne peut pas légiférer mais les kuffars peuvent légiférer. Et on se doit de se soumettre aux lois des kuffars. C’est son discours !

Puisqu’il appelle à l’intégration, aux respects, à la République, à tout ce qu’ont veut. Donc là, ça ne lui cause pas de problème que les kuffars légifère tous les jours, que tous les jours à l’assemblée, les parlementaires votent des lois etc.

Qu’il les respecte à la lettre et qu’il appelle au respect, ça ne lui cause pas de problème.

Par contre, ça lui cause un gros problème que notre Prophète Mohammad, notre bien-aimé Prophète ﷺ légiférait !

Mais il ne faut pas qu’il légifère, parce que s’il légifère, ça cause problème. Ça va lui causer un problème, ça va lui causer des difficultés. Ainsi, il faut écarter la Sunnah, il faut faire une distinction entre le Coran et le Prophète ﷺ pour mieux pouvoir se faufiler.

Est-ce que cette affirmation est vrai ?
Ça du mal a sortir de ma bouche, puisque cette dernière est tellement hérétique que ça devrait même pas être une interrogation. Elle est tellement hérétique. Mais il faut croire que certaines personnes valident l’idée que le Prophète ﷺ  ne peut pas légiférer. Le Prophète serait là pour décorer, etc.

Donc tout ce qui n’ai pas mentionné dans Le Coran n’est pas haram : La musique n’est pas haram, puisque ce n’est pas dans le Coran. Donc voilà, le Prophète ne peut pas légiférer !

Très bien ! Alors, il va nous donner ses explications, il va nous donner son dalil, sa motivation comme on dit :

Même le Prophète saw ne peux pas (légiférer) ! Le Prophète, il transmet ! Il n’a pas le droit, ce n’est pas son domaine ! La preuve : dans Sourate at-Tahrir Allah dit : "Ô Prophète, pour quelle raison tu oses t’interdire ce quAllah t’a rendu licite ?".

Donc, il nous sort le verset que tout le monde connait et le comprend finalement selon ses passions. Ce verset, comme tout le monde le sait, fait allusion à deux épouses (ra) du Prophète qui avaient manigancé une histoire de sucreries, et lui faisant croire qu’il avait mauvaise haleine. Je vous invite, je vous appelle à vous référer aux livres de hadiths, de Sira sur ce point. Finalement, le Prophète s’était interdit des sucreries. Et donc, Allah lui a révélé ce verset lui disant "pourquoi t’interdit-tu ce que je t’ai autorisé".

Et donc pour Timera, ce verset est une preuve que le Prophète ne peut ni interdire et ni rendre licite. Pourquoi ? Parce que le Prophète voulait s’interdire une chose et Dieu lui dit : stop stop stop. Timera dit "comment oses-tu ?" sous-entendant par le verbe oser "pour qui tu te prends !?", "Tu oses t’interdire ?" alors qu’Allah a jamais dit : tu oses !

Ça, c’est lui qui le dit, c’est pour mieux appuyer. Allah n’a jamais dit cela ! Allah ne parle pas comme ça avec son Prophète, Allah respecte son Prophète !

Nous n’avons pas forcément les mêmes droits que Allah sur son Prophète: Allah peut dire à son Prophète, alors que nous, nous n’avons pas le droit de le dire. Allah peut se permettre de dire à son Prophète, par exemple :

« Ô Prophète craint Allah ! » Sourate Al-Ahzab [33 : 1]

Mais l’homme ne peut pas dire au Prophète, "Craint Allah", sinon c'est pécher !

Or, Allah ne parle pas à son Prophète, comme Timera veut nous le faire croire ! Allah ne lui dit pas : comment oses-tu.

Il faut avoir l’esprit vraiment tordu pour parler comme cela. Mais bon, ce n’est pas étonnant venant de lui. Ainsi, ce serait une preuve selon lui, que le Prophète ne peut pas interdire parce que Allah lui dit :

Pourquoi t’interdits-tu ce que je t’ai autorisé ?

Et donc, bien évidemment, ce verset n’a aucun rapport avec la législation, parce que nous sommes face au Prophète qui s’interdit pour lui-même une chose qui est autorisé, sans aucune raison - en ce sens, avec le pouvoir de légiférer, en termes d’interdiction ou d’obligation, de haram ou de halal, pour lui-même ou pour les gens.

Lorsque le Prophète interdit aux gens, lorsqu’il légifère, cette législation, cet ordre, ses lois sont conformes à la volonté d’Allah. Ils ne vont pas à l’encontre de la volonté d’Allah, c’est à dire que c'est sous l’autorité d’Allah. Et si le Prophète vient à faire une chose qui n’est pas agréé par Allah, alors Allah l’en empêche.

Donc il y a des choses à distinguer et, dans ce cas de figure, c'est un reproche qu'Allah lui fait. Donc encore une fois, cela n’a rien à voir avec le fait de pouvoir légiférer pour soi-même ou pour le reste des gens, de ce qui est bien et de ce qui est mal, de ce qui est haram ou halal.

Ce sont deux choses différentes:

  • Cela repose sur une interdiction pour sa propre personne d’une chose qui n’avait pas été frappé d’interdit, mais comme on l’a induit en erreur en rapport avec l’histoire, Allah éduque le Prophète ﷺ. Ce genre de situations sont arrivés à plusieurs reprises et sont connues dans le Coran. Ce fait est un cas de figure, une situation à part entière.
  • Le pouvoir de légiférer, c’est une autre situation qui ne peut être confondue avec la situation précédemment citée.

TImera ne peut pas les confondre avec le pouvoir de légiférer sous l’autorité d’Allah.

Si le Prophète pouvait interdire ou rendre licite quelque chose, il l’aurait fait pour lui-même, toi tu ne peut pas ! Non, on joue avec ce domaine-là ! On laisse la porte ouverte en disant que le domaine de la législation, c’est Dieu, c’est un ahadith, c’est les opinions, après on se retrouve avec une débandade d’opinions sur lesquelles, c’est impossible de savoir qui dit la vérité. Aujourd’hui, qui peut dire la vérité sur ce sujet-là ? On a plein d’opinions différentes et divergentes. Chacun s’appuie sur les dalils plus ou moins farfelus. Mais parce qu’on a donné, laissé s’introduire dans ce domaine (législations) exclusif de Dieu d’autres sources, et d’autres éléments qui viennent concurrencer la Source, la source : c’est le Coran, le Coran, le CORAN… et ce n’est pas être coraniste de dire ça, c’est être prophétique ! Le Prophète lui-même il ne s’amusait pas à dire… (2éme preuves). Regardez, à un moment donné, quand il se tourne vers la ka’ba (qibla), il veut changer de direction. Avant c’était vers Jérusalem, on est d’accord ? est-ce qu’il l’a fait tout seul ? Le Coran dit : « on voit ton regard tourner vers le ciel ». Il n'osait même pas demander à Dieu "je veux que tu me fasse tourner vers" et là, il a attendu que Dieu lui dise "tourne-toi Maintenant vers la Ka’ba" et il l’a fait ensuite.

 

 Certes nous te voyons tourner le visage en tous sens dans le ciel.

Donc là il nous prend un deuxième exemple, concernant la direction (qibla) de Jérusalem à la Ka’ba. Et donc le Prophète attendait l’autorisation d’Allah. Et donc, ceci serait une preuve que le Prophète ne peut pas interdire ni autoriser. Encore une fois, c'est un exemple tout à fait fallacieux qu’il interprète au gré de ses passions pour enlever tout autorité au Prophète, parce que là, nous sommes face à un verset. Et donc le prophète ne peut pas abroger un verset. Et donc, le Prophète est obligé d’attendre l’autorisation d’Allah pour lui donner son feu vert. Il ne peut pas lui-même aller à l’encontre de la volonté d’Allah. Donc même si le Prophète veut une chose et que cette chose est dictée par Allah, il ne peut pas abroger le Coran, décider unilatéralement et de contredire le Coran (comme ça un beau matin).

Le Prophète veut une chose mais il doit attendre, pourquoi ?

non pas qu’il n’a pas le pouvoir de légiféré mais parce que cela a déjà été décrété, c’est déjà mentionné, par Allah. Allah s'est déjà exprimé sur ce point. Donc, à ce stade, quand Allah s’exprime sur quelque chose, le Prophète ne peut rien faire. C’est comme par rapport à nous, quand le Prophète légifère sur une chose, on ne peut rien faire.

À partir du moment où Allah s’est exprimé, le Prophète ne peut rien faire. Et dans ce cas, il s’était exprimé, et il a attendu le feu vert d’Allah.

Mais ça n’a rien avoir encore une fois avec la possibilité d’interdire ou d’autoriser, de venir abroger le Coran, de commettre une erreur, à savoir de s’interdire une chose parce qu’on est tombé dans le panneau d’une histoire et que finalement on s’est trompé. Timera est Hors-Sujet !

Donc là, c’est une affaire personnelle, c’est une affaire due à cette histoire qui n’a rien à voir avec la Législation générale pour l’humanité, ce sont deux choses différentes.

À partir du moment où Allah s'est exprimé, le Prophète ne peut rien faire. C’est arrivé encore une fois à plusieurs reprises, ce n’est pas la première fois.

Donc, les deux exemples qu’il cite sont évidemment caducs, sont évidemment inacceptables et irrecevables.

Puis, Ousmane Timera dit :

Le Prophète ﷺ, pour revenir au cas de la musique, si dans le Coran il est écrit ce n’est pas haram, alors ce n’est pas haram…

Ici, Timera revient avec le cas de la musique et c’est valable pour d’autres cas. Si ce n’est pas écrit dans le Coran, c’est que ça n’est pas dans le Coran, c’est que ça n’est pas haram. Tout ce qui n’est pas dans le Coran n’est pas haram.

Cette idée est complétement farfelue, elle est complétement débile.
Comment peut-t-on penser qu’Allah va citer tous les interdits dans le Coran, alors que le Coran n’est pas une encyclopédie jusqu’à la fin des temps où tout est mentionné, tout le monde le sait ?!
C’est impossible !

Donc lui, il part du principe que si ce n’est pas écrit dans le Coran, ce n’est pas haram.

Mais où va-t-on ? On peut citer des centaines d’exemples comme ça, qui sont complétement interdit mais qui ne sont pas dans le Coran…. Où va-t-on ?          

La peine du buveur d’alcool, elle n’est pas dans le Coran pourtant c’est haram. Est-ce qu’on va dire pour autant que l’alcool n’est pas haram, que le Prophète n’a pas légiféré et qu’on peut tout accepter, à savoir que quelqu’un boit de l’alcool et vend de l’alcool etc. C’est complétement débile de dire des choses comme ça. Et lui, c’est ce qu’il nous dit : Ce n’est pas dans le Coran donc ce n’est pas haram, voilà.            

Il y a ‘une’ source sûre comme le Coran qui puisse intervenir dans ce domaine, toutes les sources qui sont équivoques foulan il a dit à foulan à foulan…On n’est même pas sûr à 100% que le Prophète l’a dit ! ça ne rentre pas dans (inaudible) Voix d'un jeune garçon : il y a des hadiths..

Ici, il y a un enfant qui parle, je ne sais pas pourquoi ils laissent venir des enfants dans ces cours. Bon, ceci a aussi été fait avec la bénédiction des mosquées. Il faut savoir que les mosquées de la république invitent ce genre d’énergumènes au sein de leurs mosquées. Ça va dans le même sens, pour tenir des propos... J’ai envie de dire, à côté, les sectes c’est casimir quoi ! Timera est une secte à lui tout seul et ceci est fait avec la bénédiction encore une fois des mosquées, de niveler l’islam par le haut.

Voilà, c’est ce qu’ils font ! Ce mec-là est invité dans les mosquées, et le pire, c’est qu’ils envoient leurs femmes, leurs filles, leurs sœurs, assister à ses cours, à ses pseudo-cours. Il y a même un enfant qui est là, il lui a dit :

il y a des hadiths

Vous vous rendez compte : Le garçon, il ne connait rien et Timera lui fait rentrer des shoubouhates (fausses allégations) dans sa tête. Je ne sais pas qui sont ces gens-là ! Je n’arrive pas à comprendre. 

Oui mais un hadith à lui tout seul ne peut pas interdire ou ne peut pas rendre licite ou ne peut pas introduire un enseignement de la foi…

Donc voilà, un hadith ne peut pas interdire, ne peut pas rendre licite, alors qu’évidemment, c’est tout le contraire ! C’est bien connu, on peut citer des centaines d’exemples

Lui nous dit NON ! Le hadith ne peut pas, ce n’est que le Coran.

Ça c’est impossible. Voix jeune homme : je pense notamment à la question du vêtement de la soie, le Coran n’en parle pas de cela mais il est interdit

Là c’est très intéressant, il y a quelqu’un qui lui dit : Le Coran ne parle pas de la soie, et pourtant c’est interdit. Écoutons la réponse de Ousmane Timera :

Le Prophète, quand il interdit ces choses-là, il les tire du Coran, oui il y a possibilités.

Aaah voiiilà ! Vous voyez là, il infléchit sa position. Ici, il est plus aussi radical, aussi péremptoire. Au début, c’était claire. Vous voyez, il suffit de peu. C’est le Coran, c’est le Coran, c’est le Coran. Là il y a quelqu’un qui lui dit... "Et la soie ? " il lui répond : "oui là il y a possibilité, le Prophète tire ça du Coran"

Mais ce n’est pas interdit dans le Coran, mais il peut interpréter, mais là on peut …

Faudrait savoir, au début il nous a dit qu'il n'y a que le Coran qui peut interdire, ce qui n’est pas dans le Coran n’est pas dans le Coran, la soie n’est pas dans le Coran ! Donc il a infléchi sa position avec une simple question toute bête, alors que ce n’était pas ce qu’il disait au début, il disait le Coran point à la ligne !

C’est clair ! Il a dit que les hadiths ne peuvent pas interdire, c’est très clair. C'est ce qu’il a dit et c’est catégorique ! Il n’a même pas mis de réserves. Il n’a même pas mis de conditions.

Mais un ahadith à lui tout seul ne peut interdire, ne peut pas rendre licite ou ne peut pas introduire un enseignement de la foi, non ! Ça, c’est impossible. Il y a possibilité de RELIER (Coran et Prophète)

Pourquoi il y a possibilité de relier là et pas là, pourquoi ? Donc, il Faut arrêter de dire que le Prophète ne peut pas interdire et Il faut expliquer aux gens, qu’il peut relier... Là, ce n’est pas interdit. Il infléchit sa position. Maintenant il y a le concept de relier, c’est nouveau... alors qu’il ne relit rien du tout !

Le Prophète a légiféré, c’est tout!

Il nous parle en exemple de la soie. Or, le Coran ne parle de luxure à aucun moment. Le Coran ne fait allusion à cela, ni de prés ni de loin. Et l’exemple qu’il va donner n’est pas valable. Dans ses cas là, avoir une voiture à 30.000 euros 20.000 euros c’est la luxure... Fin, c’est n’importe quoi !                    

Quand le Prophète a interdit de manger avec les cuillères en argent ou en or, ça correspond à différents passages du Coran qui demande qu’on ne soit pas parmi les (motrafine) les gens de luxe, les mecs sont à l’ouest quoi : le blingbling, ça c’est le début de la fin d’une civilisation. L’élite, le Coran parle des élites qui refusaient d’écouter les Prophètes (as), ils les appelaient les moutrafouns, c’est eux les premiers à s’opposer au Prophète, aux différents Prophètes. Donc je peux comprendre que le Prophète voit dans la Société différents éléments qui sont de l’ordre de l’exagération, du gaspillage.

Voilà, là il se contredit complétement. Au début, c’était catégorique. Maintenant il dit : on peut. Le Prophète, il voit, il voit, - oui mais le Prophète peut voir ailleurs! Il légifère pour les cuillères, il légifère pour la soie, il légigère pour la peine du voleur, il légifère pour mille et une chose qui ne sont pas dans le Coran mais qui sont clairement interdites dans la sunnah ; obligatoires, interdits, conseillés, déconseillés. Tout ça. Donc cela revient à ce que nous disons et à ce que disent tous les savants depuis toujours, à savoir que :

Le Prophète ﷺ  a l’autorité de légiférer et DIEU merci !!
Le mec il est là, il a 50.000.000 euros et il les mets dans un tableau.

Le jeune garçon parlait de soie au début et lui, il est passé de la soie à 50.000.000 euros. Cela n'a aucun rapport. Donc pour pouvoir illustrer sa réflexion bancale, il prend un exemple qui est carrément à l’opposé : le jeune garçon parle de soie et lui, il parle de tableau à 50.000.000 euros pour illustrer son propos…

Timera : Dans une montre, il y a des gens qui claquent, lui je vois une personne claquer 50 millions dans une montre : Qu’est-ce que vous vouez que je vous dise, il faut le corriger : 50 millions dans une montre, ça ne va pas ou quoi !

Voix : et surtout aussi une manière de ce montrer puissant envers les autres, et c’est ce qu’on remarque

Timera : Parce que c’est des castes, parce que derrière tout ca il y a une théorie, le Coran, le Prophète saw a bien compris le Coran c’est pour cela que je disais ça tout à l'heure à mes étudiants : Il ne faut pas rejeter tous les ahadiths mais il ne faut pas tous les accepter, il y a des choses que le Prophète saw a dit et ça se voit, et ça correspond au Coran.

Voilà ! il ne faut pas rejeter tous les ahadiths et pas tous les accepter ! Ça on le sait, il n’apprend rien à personne ! Il y a des ahadiths qui sont évident ok. Le problème c’est que lui n’est pas dans ça, lui il est carrément dans le rejet total de ce qu’il avait dit au début et du discours qu’on connaît.

Le Prophète l’a tiré du Coran, ça on le prend

Voilà ! Le Prophète l’a tiré du Coran et on prend ce qu’Il prend : mais c’est lui qui décide ce qu’on prend et ce qu’on ne prend pas, c’est lui qui décide qu’on ne prend pas ce qui est Faux, mais ce n’est pas lui qui décide ! il se pose comme si c’était lui qui décidait ; ça on prend ! on prend on ne prend pas etc. etc.

               

Timera : C’est un travail de savant, ce n’est pas de ma faute si les savants ne veulent pas (inaudible)...

Questionneur : il y a des ahadiths.
Timera : il y a beaucoup de bon ahadiths dans boukhari-Muslim.. Ce n’est pas de ma faute si les savants ne veulent pas jouer leurs rôles

Questionneur : c’est une question que je me pose, c’est comment des hadiths bizarres.
Timera :oui oui il y en a ... Mais aussi beaucoup de hadiths bons

Normalement il aurait dû dire : "Il y a des hadiths qui ne sont pas bons dans le sahih de Boukhari et Muslim", et non de dire "Il y a des bons", car finalement, c'est résiduel !  

Questionneur : Boukhari est le deuxième livre de source authentique, comment c’est possible qu’on puisse retrouver des hadiths bizarres, voir misogyne et qu’on nous dit que c’est des Chaines de transmission authentique, comment c’est possible que ce soit arrivé ?

Le problème chez les gens, c’est que lorsqu'ils lisent, ils voient de la misogynie là où il n’y en a pas, et ils considèrent que le texte est faux. C’est ça le problème et c’est qu’eux dès lors qu’il considère que c’est misogyne, ils disent que c'est faux : c’est peut-être ta compréhension qui n’est pas bonne, va demander à des gens, aux gens de science, va regarder les sharh (interprétation) avant de dire que tels et tels ahadiths sont faux ou donne des exemples. Il est là le souci. Dès que ça ne va pas, il est contraire au Coran. Or, c’est peut-être ta compréhension qui n'est pas bonne. Parce que si tu n’étudies pas, que tu n’es pas baigné dans la lecture, tu n’es pas habilité à cela. Il faut raison garder.

Timera (réponse) : La chaine de transmission ça s’invente mon ami, ça s’invente et bah oui ! toi tu peux vérifier si toi tu penses que tu l’as vu, alors que moi je ne l’ai pas vu, comment tu fais ?

Questionneur : Alors comment qu’on sait si le Prophète l’a dit ou ne l’a pas dit ?
Timera : Eh bien on regarde le contenu, on se base sur le contenu. Déjà on établie s’il y a eu effectivement il y a eu rencontre entre un tel et un tel ce n’est pas le problème il n’y a pas de soucis, Mais ça ne doit pas être prioritaire, la priorité c’est le contenu. Nous on a inversé les choses, la priorité on l’a mis sur la chaine, du moment qu’un tel il a dit donc moi j’ai confiance, c’est bon on prend.

Mais il n’a pas compris que quand Boukhari et Mouslim et les rapporteurs sont partis à la recherche de ahadiths, ils n'avaient pas de contenus avec eux, c’est-à-dire que quand Boukhari allait rechercher des ahadiths. Il n’a pas de contenus près de lui, à part peut-être de façon très précaire mais il n’a pas de contenu, c’est lui qui a fait le contenu, c’est lui qui a fait les ahadiths donc Il ne peut pas juger le contenu, parce qu’il n’y a pas contenu. Donc il est obligé de juger sur quoi ? Il est obligé de juger sur la chaine de transmission, il est obligé de se pencher sur les rapporteurs pour dire s’il est vrai ou faux.

En gros, Timera nous dit en gros qu'ils ont fait une erreur. Il n’avait pas de contenu, tu veux qu’il se base sur quoi ? Alors qu’aujourd’hui, nous, on a le contenu. On a Bukhari,  Mouslim, Ahmad, etc. Ils ne pouvaient pas faire de travail sur le contenu alors que nous pouvons le faire car nous avons le contenu.

Questionneur : le coran aussi c’est des chaines de transmission, la manière dans lequel il a été transmis.

Timera : A non ! Ah bon, ah non akhy ! Toi tu lis dans le coran, rapporter par foulan, foulan, foulan ?

Alors la, quand J’ai entendu ça ! le niveau : Le coran aussi ce sont des chaines de transmission, ceci explique cela.

Eh Bien non ! Le coran c’est une révélation ! Ce n’est pas une chaine de transmission, un tel a rapporté d'un tel, a rapporté que Dieu a dit, ça n’existe pas ça !
C’est incroyable !

Le pire, c'est que Timera les enfoncent ! Eux, déjà, ils ont un niveau ! On récolte ce que l’on sème finalement ! Fin, les mecs veulent apprendre et pour apprendre, ils vont voir des gens comme Timera !

Va lire des livres ! Va étudier ta religion correctement. Lui, il va finir avec l’islam et le bouddhisme.

Timera : Non, le coran a été transmis par des générations après des générations, il est impossible de les compter, c’est la vieille dame c’est le berger ! c’est le bédouin, c’est le calife, c’est le Prince, le coran c’est un phénomène social même les kufars connaissaient le Coran. De telle sorte que si même les compagnons, je dis bien les compagnons, avaient décider de falsifier le coran, ils n’auraient pas pu le faire. Ce sont leurs ennemies même qui leurs auraient dit ‘ah mais vous avez changé de livres vous’ ? (Ironie)        

Là, c’est très particulier quand même. Il est en train d’expliquer qu’ils n’auraient pas pu falsifier le coran parce que c’est un phénomène social, parce que la femme de ménage, parce que le bédouin, parce que le plombier, parce qu’ils avaient entendu parler du coran, même les kuffars avait entendu parler du coran donc ils auraient sû si le coran avait été falsifié. Alors qu’à la base, le Coran était auprès des compagnons ! Donc si quelqu’un veut enlever un tiers du Coran, il ne va pas attendre les kuffars pour leur dire, fin... (Épuisement)

Ce n’est pas une question de phénomène social, c’est en tout et pour tout, une révélation qui a été faite au Prophète, qui a été retranscrite une première fois, à l’époque de Abi Bakr (ra), à l’époque de Omar ibn al-Khattab (ra) et de ‘Othman ibn ‘affan (ra). Donc, ça a été compilé, et cette compilation nous a été parvenus jusqu’à aujourd’hui, c’est tout !

Donc, à la base, ils ont fait leur travail qui a permis justement que les versets n'aillent pas de droite à gauche, ce n’est pas une question de phénomène social, ce n’est pas parce que la femme de ménage a entendu un verset, qu’elle connait le contenu du coran.

Le coran est infalsifiable même si ils auraient voulu le faire est ce que tu comprends ce que je veux te dire ? les ahadiths ce n’est pas ça, les ahadiths il y en a eu pleins des falsifications ! C’est pour cela qu’il y a des da’if (faibles) des moins bons etc. On ne peut pas mettre sur un même pied d’estale c’est impossible ça, les musulmans aujourd’hui, pff comment expliquer aujourd’hui aux musulmans sans les choquer
Comment dire les choses sans les choquer ?

Le type, il choque à chaque intervention, il crée des ondes de choc jusqu’au Guatemala et le type il te dit comment dire les choses sans les choquer. Le mot "choquer" est souvent utilisé par lui et par Bajrafil, parce qu’ils savent très bien que ce qu’ils disent, c’est choquant. Que ce soit du jamais entendu, du jamais vu, ils le savent très bien. 

Timera : (inaudible) Vous avez mis des sources, ce n’est pas le Prophète, c’est ce que vos ancêtres on dit sur le prophète, vous avez mis ces sources au même niveau qu’au livre de DIEU c’est un truc de fou, et quel est là différence entre nous et les idolâtres ? les idolâtres ils ont la même chose « lorsque tu leurs dit: [...]

 

 

En fait, quand vous prenez le verset, qui dit :

150. Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent : “ Nous croyons en certains d'entre eux mais ne croyons pas en d'autres”, [...] [Sourate An Nisa (4:150)]

Ils font exactement pareils. Ousmane Timera fait des distinctions. Allah dit dans le Coran :

157. Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu'ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l'Évangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants. [Sourate Al-Ahraf [7 : 157]]
Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en; [Sourate Al-Hasr [59 : 7]]

Dans le coran, il est mentionné que les prophètes peuvent rendre licites. Donc, premièrement, le coran s'est exprimé sur le fait que les prophètes ont le pouvoir de légiférer.

Donc comment il peut venir nous expliquer que le prophète ne peut pas légiférer ?

Le prophète peut légiférer, le calife peut légiférer. Pourquoi ?! Parce que les situations qui ont été vécu au temps du prophète, ce sur quoi il a légiféré, à notre époque, il y a des choses qui n’existaient pas forcement à leurs époques, donc l’autorité aujourd’hui, comme à l’époque de Abi bakr (ra), de Omar ibn al Khattab qui ont légiféré par rapport à un cadre légal : à la peine du consommateur d’alcool-vin, par exemple, il est donc évident qu’il existe à notre époque et pas à leurs époques, de faire des lois pour pouvoir les réprimer. Ça me semble évident, sinon ça voudrait dire qu’on doit les laisser comme ça, parce que tant que ce n’est pas mentionné dans le Coran, ça n’existait pas au temps du prophète. Alors On les laisse.

  1. Le coran légifère
  2. Le prophète légifère
  3. Le calife légifère  

La cigarette n’existait pas à l’époque du prophète saws, quelle est la loi concernant la cigarette ? Est-ce que c’est le fouet, est ce que c’est une amende ?

La peine de la sœur qui ne porterait pas le hijab ?

Il y a beaucoup de choses. Donc, bien sûr qu’évidemment, le prophète, par le Coran, peut légiféré et il a légiféré. Les califes ont légiféré, et ça restera comme ça jusqu’à la fin des temps. Pourquoi ? Parce que la société n’est pas la même, et qu’il y a toujours des nouveaux crimes, des nouveaux délits, des nouvelles situations qui fait qu’on est obligé de légiférer. Ou alors, ça voudrait dire qu’on doit laisser les choses comme ça ! Ce que Ousmane Timera dit n’a aucun sens ! c’est simplement le fait de pouvoir affaiblir le prophète ! De pouvoir dire tout est n’importe quoi finalement.

Ensuite il va raconter ses conneries en disant que ce n’est pas dans le coran.

En faisant ses propres tafsirs, lui, il veut tout jeter en vérité. Il faut jeter tous les tafsirs à l’entendre alors que c’est évident : On peut citer des centaines d’exemple en ce sens.

Donc, le prophète, oui bien sûr, non seulement il a le pouvoir de légiférer mais octroyer par Allah dans le coran ! Le prophète a légiféré, on a la preuve. Les califes ont légiférés et le calife aujourd’hui peut et doit légiférer en raison des choses qui n’existaient pas en leurs époques et qui existent aujourd’hui tout simplement.

Quelqu’un dans un état islamique qui ne fait pas le ramadan, il faut comprendre une chose ex : on vit sous un califat, c’est le ramadan, un homme qui boit de l’eau, on a pas le droit de lui demander s’il fait le ramadan, s’il boit de l’eau c’est qu’il a ses raisons qu'il est malade, donc on ne va pas lui demander s’il fait le ramadan. Néanmoins, s’il accompagne de son acte quelque chose qui laisse à penser qu’il est dans l’offense, là on a le droit. Un commerçant qui ouvre, vend des choses qu’on peut consommer immédiatement, il n’a pas le droit car sous un califat, tu n’as pas le droit. Les gens jeûnent pendant le mois du ramadan : si la personne ne jeûne pas, il faut qu’il mange chez lui mais on n’ouvre pas sa terrasse. On donne à manger aux gens pendant le ramadan, donc ces choses là par exemple, doivent être légiféré par l’autorité qui doit dire : S’il y a un restaurateur qui sert à manger pendant le ramadan, Qu’est ce qu’on fait ? 

Il y a 1milliard de situations qui n’existaient pas à leurs époques et qui existent aujourd’hui et qu’on doit légiférer mais bon monsieur ne veut pas, monsieur veut s’arrêter au Coran et quand il est en difficulté, il dit "non mais on peut rattacher, relier là mais pas là voila"... En fait, c’est du charabia. Mais bon, concernant cet individu, on sait qui il est et on sait pour qui il roule. Nous savons l’islam qu’il pratique. Finalement, il n’y a rien d’étonnant. C’est la même équipe que les autres. Ce sont es mêmes : Bajrafil, Tariq Ramadan et toute la clique.